Le shiatsu Myo-énergétique considère que la déformation est la cause des maux et différents troubles du corps humain. Un travail concentré sur les lignes tendino-musculaires réduit les tensions et contribue à rétablir l’équilibre postural. Les pressions peuvent être effectuées avec les pouces, les doigts, les paumes ou les coudes.
Le shiatsu Myo-énergétique est développé en Europe, aux Etats-Unis et au Japon sous l’égide du Maître Taichi Sorimachi et de ses disciples, Hiroshi Iwaoka, étant le représentant pour l’Europe.
Le shiatsu est officiellement reconnu par le ministère de la santé au Japon depuis 1957. C’est en 1964 qu’il sera définitivement reconnu comme un art et une médecine de prévention se distinguant des autres formes de massage. En France, le shiatsu a fait son apparition dans les années 70-80. Il faudra attendre 1994 pour voir la création de la Fédération Française de Shiatsu Traditionnel (FFST). Celle-ci s’attache à pouvoir enseigner et diffuser le shiatsu au niveau national, tout en veillant à la qualité de la pratique et à l’éthique des adhérents.
En 1997, le parlement européen a adopté une résolution pour faire reconnaître 8 médecines non conventionnelles, dont le shiatsu.

Les bienfaits du shiatsu Myo-Energétique

Les bienfaits du Shiatsu Myo-Énergétique :

Sur le corps :
– Meilleure circulation sanguine
– Amélioration du sommeil
– Réduction des crampes, des spasmes et de la fatigue
Sur le mental :
– Libération et apaisement des émotions
– Amélioration de la concentration
– Meilleure gestion du stress

*Le shitsu Myo-énergétique est une technique à visée thérapeutique.
Il ne se substitue en aucun cas à une kinésithérapie ou à tout autre traitement.
Je me réserve le droit de ne pas pratiquer.

La microponcture

La microponcture

microponcture shiatsu myo-énergétiqueComme l’acupuncture, la microponcture est une excellente technique pour détendre la tension de la ligne vertébrale et les contractures musculaires. Bien que la technique soit semblable à celle de l’acupuncture, la microponcture n’utilise pas d’aiguille, mais un stylet dont l’extrémité est pointue.
Nous l’appelons « puncteur », celui-ci ne pénètre pas dans la musculature, ce qui permet de pratiquer facilement, sans danger. La micropncture est un excellent complément au shiatsu.
Comme pour le shiatsu, la stimulation du puncteur s’effectue pendant l’expiration du patient. Ce dernier peut éprouver différentes sensations en fonction du niveau de pression appliqué avec le puncteur et de la profondeur dans le tissu musculaire.
Certains points de traitement ont plusieurs couches (superficielles, moyennes, profondes), en fonction desquelles des sensations différentes peuvent être ressenties par le patient.

La moxibustion

La moxibustion

moxibustion shiatsu myo-énergétiqueL’origine de la thérapie par la moxibustion est très ancienne. Depuis la nuit des temps, la Chine et le Japon, pays des sciences millénaires, ont su comment rééquilibrer les énergies pertubées en appliquant des moxas (cônes d’armoise) sur certaines zones anatomiques (points d’acupuncture). La moxibustion, par son apport énergétique yang, permet de tonifier et d’harmoniser. L’armoise (artémis vulgaris) est une plante vivace de la famille des astéracées. En Chine, son usage sous forme de moxibustion, serait plus ancienne que celle de l’acupuncture. La chaleur conduite par la combustion de l’armoise, non seulement réchauffe les méridiens du corps, améliore la circulation sanguine, renforce les défenses immunitaires.
Les moxas, chauffés et placés selon différentes techniques, sur ou à proximité de la peau, produisent une chaleur et son action globale est une multiplication de globules blancs (grands défenseurs de l’organisme). La moxibustion évacue l’humidité et chasse le froid, elle est utile dans le traitement des lombalgie, névralgie rhumatoide, arthrose, servi-carthrose, etc… La moxibustion traite également les maladies de l’estomac, la diarrhée, les règles irrégulières, rhumatismes, fatigue, etc…

En Myo-énergétique, la préférence est donnée à la moxibustion directe.
Le moxa direct : on pose un petit cône d’armoise séchée à même la peau, on allume le cône avec un bâton d’encens et on le laisse se consumer entièrement « technique du grain de riz ».

Le moxa indirect : du sel, une très fine rondelle d’ail ou de gingembre peuvent être appliqués entre la peau et le cône d’armoise pour éviter de laisser des traces.
Une autre technique de moxa indirect consiste à utiliser un bâtonnet d’armoise incandescent (style gros cigare) que l’on tient approché des points à traiter, sans toucher la peau.

Le sotaï

Le sotaï

sotai shiatsu myo-énergétiqueMéthode travaillant sur la lecture et la correction de la déformation posturale par des exercices effectuées par le patient, en harmonisant la respiration et le mouvement avec une légère opposition du praticien. Les mouvements du sotaï doivent être effectués sans douleur et sans tension excessive.
Chauqe exercice exige un mouvement de la personne qui se veut facile et agréable. La clé de l’efficacité est dûe aux respirations et aux mouvements corrects du patient. La qualité du sotaï dépend beaucoup de l’harmonisation du mouvement, de la respiration et du relachement de la personne, permettant ainsi une plus grande décontraction musculaire.

En sotaï, l’état de santé dépend de cinq facteurs essentiels : la respiration, l’alimentation, le mouvement physique, l’état d’esprit et l’environnement, autrement dit « notre propre vie quotidienne créée notre propre corps ».
Un test de mobilité est effectué avant chaque exercice, permettant de vérifier le côté le plus soupl entre le côté droit et le côté gauche du corps de la personne. Le Docteur Keizo Hashimoto (1897-1993) a été le créateur du sotaï. Cette théorie a été importé aux USA par Taichi Sorimachi (maître d’Hiroshi Iwaoka vers la fin des années 70). Keizo Hashimoto était un médecin généraliste qui s’interressait beaucoup aux différentes techniques pour réduire la douleur (shiatsu, acupuncture,chiropractie). Il a donc rassemblé toutes ses connaissances, créant ainsi le sotaï.

Sa forme thérapeutique est reconnue au Japon depuis les années 1970.

Pour votre confort personnel, les séances de shiatsu Myo-énergétique sont réalisées sur un futon (matelas japonais de 1m40 de large).

Contre-indication

Contre-indication

sujet à peau fragile, enfant – pas avant l’âge de 7 ans, hyperthyroidie, pas de traitement du cou, en cas de fièvre, en cas d’ypertension, en état de sous-nutrition, en cas de vide de sang comprenant les symptomes : agitation, chaleur interne, grande nervosité.

Fréquence des séances de shitsu Myo-énergétique :

Fréquence des séances de shitsu Myo-énergétique :

La fréquence de séances est fonction des besoins de la personne. A titre indicatif, une séance par mois ou toutes les 3 semaines permet de maintenir un bon niveau d’énergie physique et mental.

Dans un cadre thérapeutique, en fonction de la pathologie, trois à quatre séances à une semaine d’intervalle seront nécessaires pour lances un processus de rééquilibrage de l’organime, puis une séance par mois ou toutes les trois semaines pour maintenir cet équilibre. En entretien, une séance à chaque changement de saison.